Prévisions et prédictions

Billet de POZ

A l’approche de l’éclipse solaire totale visible depuis le territoire des États-Unis (voir billet ci-dessous), le Landerneau des astrologues américains est en grand émoi. Des grands journaux comme Newsweeks se font l’écho de leurs prédictions. L’astrologue Wade Caves publie ces jours-ci une étude de vingt-neuf pages qui, comme ses collègues, ne donne pas cher de la peau de Trump (destitution, assassinat, accident, maladie…) Car la prédiction est toujours de l’ordre de l’événementiel. Elle se doit d’être le plus précise possible, rigoureuse et surtout exacte: tel événement se produira à tel moment. Et même si certains astrologues enrobent ou nuancent leur discours par l’usage du vocable « risque » (risque de ceci, risque de cela), ils restent situés dans le cadre de la prédiction.

Malheureusement ou plutôt heureusement (!), l’astrologie n’étant pas une science rationnelle, les démonstrations utilisées pour parvenir à ce but sont bien souvent évasives et fort peu convaincantes. Le courant de l’astrologie mondiale échappe difficilement me semble t-il à ce travers. On veut tout expliquer, tout maitriser et pouvoir prédire (pour prévenir ?). Il s’agit peut-être aussi de tenter de faire reconnaître l’astrologie comme une science à part entière.

Fuyant cette orientation, je lui préfère personnellement la notion de prévisionnel, que je compare volontiers à la météo. J’aime bien la météo et de plus elle me donne éventuellement quelques indications sur comment je vais m’habiller le lendemain avant d’aller au boulot. Ou mieux, si je suis jardinier ou paysan, elle me donne des indications sur le temps avant un semis ou une récolte. J’imagine aussi que le marin préfère étudier la cartographie des vents et des anticyclones ou des dépressions avant de prendre la mer. Pareillement, l’étude des positions des astres dans le ciel, à condition bien sûr d’en avoir appris le langage, me donne une image assez précise du temps (psychique) du moment et des évolutions ou des tendances à prévoir. Rien de plus. Et c’est déjà beaucoup !

Alors c’est sûr, sans être astrologue tout le monde voit bien qu’il se passe de drôles de choses aux États-Unis depuis les dernières élections et se demande comment tout ceci va évoluer. Le pays semble autant divisé à l’intérieur qu’il divise le monde à l’extérieur.

Si je m’en tiens à l’approche météo, l’éclipse solaire se définira avant tout comme un moment de déséquilibre entre les forces solaires et lunaires, en même temps que l’opportunité de les rééquilibrer, rééquilibrage pouvant être considéré comme nécessaire au progrès spirituel et à l’évolution. Quelles sont ces forces lunaires et solaires ? L’ego et le Soi, moi et les autres, le passé et le futur, l’ombre et la lumière, les émotions et la buddhi (intelligence), les impulsions et la volonté. Si prévision il y a, elle se borne à indiquer que dans le temps de l’éclipse, les divisions ou les oppositions entre ces facteurs sont augmentées du fait de l’occultation temporaire de l’un des deux luminaires.

Ainsi durant ce mois d’août, la volonté solaire semblera s’éclipser au profit des tendances de l’ego (opportunisme, intérêt personnel, égoïsme, compulsions nées du passé). Le règne du moi-Je, du moi-tout seul ou du moi-seul-au-monde-où-les-autres-n’existent-pas devient très visible. Trouver de nouveaux modes de fonctionnement dans les relations et dans l’adaptation  à l’existence permettra de relever le défi de cette éclipse solaire. Et il n’y a pas que Donald (ou les US) qui soit concerné !

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

2 réflexions au sujet de « Prévisions et prédictions »

  1. Si ça n’était qu’au mois d’août (que la volonté solaire s’éclipse au profit des tendances de l’ego), ça serait bien !

  2. Merci Patrick pour cette mise en perspective de la signification des éclipses et plus largement du sens des prévisions.
    Bien à toi
    Gilles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.